Phoenix

Psychologie, Questions Sociaux, Arts Plastiques, Poésie, Musique

28 mars 2007

ANOREXIE

m_anorexia

1. Définition

L'Anorexie Nerveuse est une perturbation alimentaire caractérisé par une ingestion limité d'aliments, dû a la préoccupation excessif avec la maigreur et la peur morbide de grossir. Cette perturbation est inséré dans le CID.10 (Classification Internationale de Maladies), en F50.0. L'incidence de cette perturbation a augmentée dans les dernières décades, et se trouve actuellement entre 2 à 4% de la population mondiale.

2. Critères de Diagnostique

a) Refuse en maintenir le poids corporel dans un niveau égal ou supérieur au minimum normal pour son âge et sa hauteur;

b) Peur ntense de grossir ou bien de revenir obèse, même aient posséder déjà un poids au-dessous de la moyenne;

c) Perturbation de la manière de vivre/perceptioner le poids ou la forme de son propre corps;

d) Dans les femmes pós-ménarque, absence au moins de trois périodes menstruels consécutifs.

3. Causes

On ne connaît pas les causes spécifiques de l'Anorexie Nerveuse, mais il y a d'auteurs qui référé le rôle des facteurs biologiques, d'interactions familières et socio-culturels mal-adaptées, des mécanismes psychologiques et une spéciale vulnérabilité de la personnalité.

Au niveaux neurologiques, les conduites d'alimentation sont régulées par des mécanismes automatiques de le Système Nerveux Central. Malgré cette détermination neurophysiologique, le processus de l'alimentation (famine, soif, satiété) est lié également à des expériences personnelles préalables, telles comme: les sentiments de sécurité, bien-être et affection que auront être expérimentés à travers de la poitrine maternelle dans la lactation, les rituels/routines familiers relatives à des repas, la signification de l'alimentation, les antécédents de carence affectif extrême, entre autres. Dans la même façon se rapport à l'acte de manger les expériences sociaux, une fois que ça constitue un phénomène de communication et interaction social.

Certains chercheurs considère les perturbations alimentaires comme syndromes liés au modèle culturel en vigueur. D'accord avec cette conception, la pression culturel envers l'amaigrissement est un élément essentiel de l'étiologie de ces troubles, les quels, en association avec des facteurs biologiques, psychologiques et familières finissent par produire une préoccupation excessive sur le corps, en détriment de la santé physique. 

4. Caractéristiques

La perception du schéma corporel se trouve significativement dérangé. La vivence et l'importance du poids et de la forme corporaux soufre une distorsion, et ces individus croire avoir un excès de poids, même quand ils sont confrontés avec les valeurs opposés de la balance.

La perte de poids est acquérie principalement à travers de la réduction de le consommation alimentaire. Dans les cas plus sévères, le patient adopte méthodes supplémentaires pour perdre du poids, comme l'auto-induction du vomissement, l'usage des laxants ou des diurétiques et la pratique des exercices physiques intenses. L'autoestime de l'individu se rencontre excessivement dépendante de la perception de la forme et poids corporaux. Ainsi, la perte de poids est regardé comme une conquête notable et un signe de grande autodiscipline, au contraire, le gain de poids c'est éprouvé comme un échec de l'autocontrôle.

La relation de les patients avec la nourriture peut être beaucoup ambivalente. Fréquemment se vérifie des cas des individus qui cachent des aliments dans des armoires, au-dedans des vêtements, ou qui préparent des plats élaborés pour les intimes. Aussi ils peuvent chercher des activités professionnelles liées à la cuisine ou collectionner recettes culinaires. En générale, la préoccupation croissante avec les aliments accompagne la diminution de sa consommation.

Autres troubles psychophysiologiques arrivent de la situation d'inanition de ces patients, soit dû à la restriction alimentaire, soit des pratiques purgatives.

5. Facteurs Culturaux, d'Âge, Sexe et Profession

Il existe une prévalence supérieur de l'anorexie dans les sociétés ndustrialisées, dans les quelles il y a abondance de nourriture et où être attractif, principalement en ce que concerne à le sexe féminin, est lié à la maigreur. la maladie affecte aussi plus fréquemment les individus des classes sociaux plus élevées.

Cette perturbation rarement occure avant la puberté et survienne, en générale, entre les 14 et 18 ans.

Plus de 90% des cas d'anorexie arrivent en individus du sexe féminin.

Quelques professions, dans les quelles la maigreur est liée à la réalisation professionnel (danseuses, gymnastes, top-modèles), exposent un très haut péril pour le développement de l'anorexie.

6. Conséquences

L'anorexie conduit a une progressive détérioration physique et mental. Elle peut conduire aussi à la mort, en conséquence des altérations organiques e métaboliques secondaires à la dénutrition et au déséquilibre électrolytique. La taxe de mortalité en fonction directe de cette maladie est estimé entre 6 a 10%.

7. Conclusions

Actuellement se vérifie un accroissement préoccupant de l'incidence de l'Anorexia Nerveuse dans les sociétés occidentaux ndustrialisées, dans lesquelles, paradoxalement, il y a meilleurs conditions économiques et l'accès à la nourriture est favorisé. Cette conclusion nous adresse envers l'existence des divers facteurs impliqués dans cette truble alimentaire, que peuvent agir de façon isolée ou en corrélation, comme caractéristiques biologiques, familières, psychologiques et sociaux.

Je considère importante, comme une manière possible de se prévenir l'arrivée de l'Anorexie Nerveuse, que l'acte de manger soit précocement lié pas seulement avec la satisfaction d'une nécessité basique (relationnée à l'instinct de survivance), mais aussi avec la partage et l'ingestion de la nourriture dans une base affective, de tranquillité et sécurité intérieur et extérieur que permet la croissance et le développement physique et psychique. Les sentiments de bien-être, de valorisation personnel et d'appartenance familière et social, que l'introjection de la nourriture (ou Incorporation de l'Autre) peut symboliser, permettre le développement et consolidation d'une personnalité plus saine, par conséquent moins vulnérable à de pressions sociaux.

Phoenix (04-Mar-2007)

amourdevacances_bar

Posté par Fenix à 00:30 - PSYCHOLOGIE - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire